• Accueil
  • > Archives pour juillet 2007

Archive pour juillet 2007

Un semestre a l’universite

Lundi 30 juillet 2007

 fudandaxue.jpg
Entree de l’Universite
Accueil par 毛泽东 Máo Zédōng (1893-1976) leader du parti communiste chinois et fondateur de la République Populaire de Chine.

14 juillet 2007 : fete nationale certes…. mais aussi ceremonie officielle a Fudan pour la fin du semestre. Les asiatiques etaient toutes sur leur 31! J’etais quant a moi appretee pour la plage ou nous avons passe ensuite la journee… On commence par ecouter dignement, debout, l’hymne de circonstance (un avant-gout de la soiree ou nous avons entendu la Marseillaise…). Discours ensuite de 9 intervenants en chinois, remise des certificats justifiant de nos etudes a l’universite dans un bel ecrin tout rouge… ainsi que d’un superbe t-shirt.

 livret.jpg certificatouvert.jpg tshirt.jpg

1 heure plus tard, c’etait fini! C’est comme les banquets, ceremonieux mais rapides…

Outre le petit plaisir de comprendre un peu de quoi ca parlait lors des discours (a la grande difference du discours de rentree en mars), et celui de recevoir un diplome chinois (quand meme!!), la plus grande fierte etait finalement le dejeuner avec toute la classe dans un restaurant coreen au cours duquel nous avons papote pendant a peu pres 2h … en chinois! Finalement, on sait en dire des choses! Les coreens et japonais de ma classe ne parlent pas trop anglais, voire pas du tout, et ils sont majoritaires.

Ma classe etait pleine d’asiatiques de tous poils, Japonais, Coréens, Thaïlandais, Indonésiens, Singapouriens… il y avait aussi 2 Mexicains et … moi qui, fièrement, avec un belge, représentions l’Europe ! C’est sûr, par rapport aux Japonais et aux Coréens, on rame un peu pour se souvenir des quelques milliers de caractères de la langue chinoise. Mais quel bonheur de réussir à lire un texte qui au départ ne ressemble qu’à … « du chinois » ! 

livrechinois.jpg

Voici pour vous donner envie de vous y mettre un extrait de notre livre … (texte au demeurant tres interessant sur les coutumes alimentaires dans les differentes regions de Chine).

La grosse différence avec notre écriture c’est qu’au lieu de 26 lettres, il y a plusieurs milliers de caractères. En général, quand je ne connais pas un mot, je ne sais pas le lire, et encore moins le prononcer… Autre grande différence, les caractères sont tous espacés de la même manière quelque soient les mots. Alors quand toute contente, j’arrive à prononcer certains caractères, il m’arrive de ne rien comprendre quand je ne sais pas où commencent et où finissent les mots que je ne connais pas ! Quelques années ne seront pas de trop pour commencer à lire un article dans le journal ! 

Chaque caractère représente un son mais il n’y a environ que 400 sons pour plus de 5000 caractères ! Certes, ces sons peuvent se prononcer sur des tons différents mais sincèrement, ce n’est pas toujours évident de distinguer « xìng » de « xíng ». Souvent, la seule manière de les différencier (outre les tons que nos oreilles musicales sont sensées reconnaitre sans problème Indeci ), c’est le contexte ! Vous imaginez donc la joie de se mettre à comprendre les commerçants, notre gardien ou la concierge (nos principaux interlocuteurs en chinois à ce jour !). Finalement, apprendre le chinois en Chine, c’est plein de petits bonheurs à saisir, de petites découvertes et d’émerveillements. 

toursdefudan.jpg  fudan.jpg

Apres avoir ete accueillis par Mao, nous arrivons devant le batiment principal qui dresse ses deux tours imposantes! 

Devant ce bâtiment se trouve une grande pelouse sur laquelle on peut s’asseoir. Elle est bien souvent vide car les chinois ne se mettent pas au soleil ! Au contraire, le beau temps arrivant, les filles se baladent toutes avec des parapluies, et dans les rayons beauté des grands magasins, on cherche péniblement ou se cache une crème hydratante classique au milieu des « whitening creams ». 

lacantine.jpg

Pour finir, je vous emmene dejeuner a la cantine. Plateaux en métal compartimentés, riz… et ce qu’on arrive à trouver de bon au milieu des différentes mixtures de légumes, de viandes et de tofu. 

Qui fait quoi ?

Vendredi 27 juillet 2007

Pendant que l’un dessine et fait des schémas pour s’expliquer avec des chinois, l’autre dessine et trace des traits pour s’exprimer en chinois. 

Pendant que l’un calcule la distance entre deux points, la longueur d’une droite ou d’une courbe pour connaître la résistance d’une structure, l’autre s’applique à tracer dans l’ordre des traits horizontaux, verticaux ou courbes afin de trouver la structure parfaite d’un caractère. 

Pendant que l’un passe de réunions en visites de chantier et d’usines entouré de chinois qui tentent de parler anglais, l’autre passe de réunions en visites de salles de classes entourée de japonais, de coréens, de mexicains ou d’italiens tentant de parler chinois. 

Pendant que l’un mange dans une gamelle en métal un bol de riz et une mixture de poulet déjà froids dans une cantine déjà vide, l’autre mange une mixture encore chaude également dans une gamelle en métal mais dans une cantine encore archi-bondée… de chinois ! Et c’est même bon ! 

Enfin, pendant que l’un œuvre à l’édification d’une « big bubble » majestueuse en plein cœur de Shanghai au bord du Huangpu et que l’autre soigne sa petite « bubble » qui pousse bien vite, l’un et l’autre regardent ensemble avec tendresse ce petit être grandir au chaud et encore à l’abri de la vie bourdonnante de Shanghai… 

Hong Kong en images !

Jeudi 26 juillet 2007

Voila pour vous quelques photos de Hong Kong prises ces 3 derniers jours lors d’une petite viree (encore) a deux (cliquez sur les images pour les agrandir)

vuedupeak.jpg 

Ce voyage etait tres fortement motive par des raisons de visa. Ma date limite de presence legale en Chine etait le 20 aout… ce qui compliquait un peu les choses a moins de 4 semaines de l’accouchement! on a maintenant jusqu’au 25 octobre pour nous retourner et obtenir notre visa resident… Affaire a suivre…

Voyage un peu oblige, donc, nous n’en avons pas moins apprecie la chaleur plus seche qu’a Shanghai (meme s’il faisait 35 degres au moins!), la magie des tours cerclees de mer et de montagnes, les belles plages entourees de montagnes et la baignade dans une eau claire (a comparer avec nos recentes baignades en mer de Chine… pres de Shanghai).

hk.jpg 

arriveesurwanchai.jpg exhibitioncenter.jpg

deoceanterminal.jpg vuedehk.jpg

hkisland.jpg   wanchai.jpg

northpoint.jpg natetvuedehk.jpg central.jpg

griffe.jpg

Nous en avons aussi profite pour faire quelques emplettes : trouver un lit parapluie pour bebe et trouver des chaussures confortables (comprendre qui supporte mon poids et mes pieds en forme de patate) et a ma taille (meme a Hong Kong, ce n’est pas si simple de depasser le 39!).

 Finalement, les grandes gagnantes sont les tongues Crocs… vous savez les chaussures en plastiques legeres, anti-bacteriennes et inusables… crocs.jpg Certes question look, on a l’impression de marcher dans deux grandes assiettes mais question confort, y’a rien a redire! Meme Matthieu en a pris, c’est vous dire!

On a failli rester quelques jours de plus a Hong Kong car China Eatern Airlines a decrete que le certificat de mon docteur, valable le dimanche pour voyager de Shanghai a Hong Kong ne l’etait plus le mercredi suivant pour rentrer a Shanghai (et j’avais depasse 32 semaines de grossesse ) ! La compagnie aerienne voulait que j’aille voir un docteur a Hong Kong pour obtenir un nouveau certificat ou bien que mon docteur de Shanghai me faxe un nouveau certificat (sans m’avoir examinee bien sur! : chercher la logique!!!) A force de palabres (on est quand meme en Asie, il ne faut pas l’oublier), nous avons pu monter dans l’avion non sans avoir signe un papier pour leur dossier, dans lequel je prenais la responsabilite de ce qui pouvait m’arriver en vol ! Tout va bien, on est rentre a deux!

Reunion de Chantier

Mercredi 18 juillet 2007

Habitué au rythme français, j’ai un peu de mal à me faire à l’idée que le ¼ d’heure académique est antérieur, et non postérieur à l’heure fixée de la réunion. Elle a donc invariablement commencé lorsque j’arrive, en avance ou en retard…

Les principaux sujets abordés sont l’avancement et la validation technique des étapes en cours (correction des plans, fabrication, tests sur prototypes, montage sur site…).

Les plannings n’existent que pour mettre la pression sur les entreprises (en réalité il n’y en a aucun) : le client impose que tel bâtiment soit fini dans les trois mois, sans admettre que, les plans n’ayant pas été encore validés, ce délai est complètement utopique. Tout le monde le sait mais feint d’être surpris quand j’émets des réserves sur la tenue du planning. Et évidemment, faisant feu de tout bois, toute remarque de ma part est  prise comme une bonne occasion de dire haut et fort que les retards sont dus à mes remarques. 

Dans une réunion, c’est le nombre qui fait loi. J’ai donc parfois face à moi plus de 20 chinois dont 90% sont là pour participer à la mise en scène. La réunion est un acte d’opéra chinois, à grand renfort de gestuelle et d’yeux exorbités. Les comédiens traditionnels en Chine s’entrainent des mois à observer les oiseaux en vol, en gardant le visage fixe pour se muscler les yeux.

visitedatelier.jpg

 Visite d’atelier

La voix est aussi un instrument de travail : plus on parle fort, mieux on est entendu. Le téléphone portable est un outil de diversion inévitable, et utilisé par tout le monde. Le téléphone sonne et hop, on interrompt la conversation sans ciller, en toute évidence, en essayant de parler plus fort que tous ceux déjà occupés à parler ou téléphoner. 

Les sujets alternent entre points techniques sensibles et questions personnelles (Natalie est enceinte, l’année du cochon doré, combien coûte ce téléphone portable, quand est-ce que mon bureau va m’acheter une voiture…). Et tout le monde a le droit de donner son avis, ce qui pour les sujets techniques demande parfois un peu de vulgarisation aux figurants. Les points techniques sont détaillés à renfort de croquis, l’arme absolue dans une culture où tout s’articule finalement autour des pictogrammes. La communication par le dessin est bien pratique pour contourner les malentendus culturels et linguistiques, car même avec un excellent interprète ils restent nombreux.