• Accueil
  • > Archives pour décembre 2006

Archive pour décembre 2006

Comme un vol…

Mardi 19 décembre 2006

commeunvolde.jpg

 … d’oies sauvages dans le Century Parc de Shanghai… éééééé non!  le « vol de pétaure » n’est pas pour aujourd’hui. De toute façon, a-t-on déjà vu un pétaure voler, autrement que lancé par un Troll, qui comme chacun sait, est une créature imaginaire ? Rien dans les recherches et fouilles entreprises jusqu’alors ne nous permet de l’affirmer. (Pour ceux qui ne connaissent pas encore cette bête fantastique, je vous recommande la lecture de Trolls de Troy !).

Cet animal est une sorte de gros mammouth qui permet de voyager loin et longtemps et qui n’avance que si on lui chante à tue-tête des chansons allant de la douce berceuse à la chanson paillarde en passant par le rock, le heavy-métal ou la variété selon le rythme que vous souhaitez adopter. Il vivait a une époque très lointaine dans un monde que nos esprits conditionnes qualifieraient d’extraordinaire, voire… d’imaginaire. 

Et pourtant aujourd’hui, en exclusivité pour vous, la preuve en images que cette bête extraordinaire a existé.  Voici l’histoire d’une des plus grandes découvertes de ce mois de décembre 2006 (car nous venons d’apprendre que la dépouille de l’évêque Baudouin (11ème siècle !) a été découverte dans les fouilles de la cathédrale de Tournai !). 

Tout a commencé par la découverte de tubes étranges, dont l’assemblage faisait penser à un vieux squelette…  

  squelettepetaure.jpg  A Shanghai, des tubes de cette sorte fleurissent près de très grands trous, de grues, de bétonneuses… tant et si bien que personne n’y prête plus aucune attention. 

Mais au fur et à mesure de nos pérégrinations, notre regard, pourtant habitué à la démesure, croise des choses un peu plus bizarres que d’habitude, autant de signes sur la piste d’un monde très ancien et extraordinaire. 

Dans cette ville en pleine course vers le futur…

   enroutevers20081.jpg futur.jpg

des vieilles civilisations, 

gand.jpg

Et d’encore plus vieilles civilisations 

athenes.jpg

ont déjà laissé leurs marques dans le paysage contrastant avec les gratte-ciels qui s’élèvent toujours plus haut… 

 

chateauetbuilding.jpg

Ces signes sont connus et facilement identifiables, mais décryptons ensemble ceux qui suivent.

  

arbreafleurs.jpg
Un des derniers arbres a fleurs, met très savoureux et très apprécié du « pétaure » ! 

tasse.jpg
Une tasse de the avec un nuage de lait aux dimensions fantastiques ! 

papillon.jpg
Le papillon géant, compagnon de tous les coups durs. 

Ajoutons la coutume locale de conduire au klaxon qui a remplacé tout naturellement le chant utilisé dans la conduite de la bête… et le tableau est assez révélateur. 

C’est ainsi que quelques jours plus tard, les tubes découverts au bord du Huang Pu ont été méticuleusement analysés par d’éminents scientifiques… 

decouverte.jpg

qui ont confirmé la thèse du squelette. Cette analyse nous prouve combien l’imaginaire peut rejoindre le réel. 

Avec beaucoup de délicatesse, mais a la grue quand même, le squelette a été déplacé et va faire l’objet d’un assemblage minutieux. Le chantier devrait durer environ 2 ans. 

  squelette.jpg  img0245.jpg       

Le rideau se referme. Nous raccrochons les masques jusqu’à la prochaine histoire. 

2masques.jpg

Ndlr : toute ressemblance avec des événements, des lieux ou des personnages réels est totalement fortuite et ne saurait engager la responsabilité des auteurs de cette fable… bien entendu  

 

Question d’adaptation…

Dimanche 17 décembre 2006

Voilà 2 mois et demi que je suis arrivée à Shanghai … déjà ! Le temps passe toujours aussi vite, même quand on ne travaille pas ! Il y a d’abord une période d’adaptation à l’environnement immédiat et vital : traverser la rue, surtout quand le petit bonhomme est vert (car personne ne s’arrête pour les piétons ici… que le plus gros et le plus rapide gagne !), faire les courses, s’approvisionner en eau potable, faire fonctionner la carte visa,  se procurer un portable (ordi comme téléphone), faire réparer les toilettes bouchées, comprendre comment payer la facture de téléphone et d’électricité, oublier le bruit incessant des klaxons qui tendent à remplacer les rétroviseurs (il faut dire que les chauffeurs de taxi sont souvent bigleux), faire marcher la clim réversible et O joie, réussir à obtenir du « chaud »… 

Puis une période d’adaptation à mon statut ici : de femme active en expatriation à Shanghai, « la ville ou il faut être aujourd’hui dans le monde des affaires », être une femme en recherche d’emploi, qui prend des contacts par-ci par-là, qui discute avec des avocats d’affaires qui mènent une vie aussi passionnante que prenante, mais surtout prenante… qui découvre très logiquement qu’en Chine, les entreprises cherchent des employés qui parlent chinois et qui se souvient qu’elle voulait faire une pause professionnelle et que son petit mari pourrait bien travailler pour deux pendant quelques temps… devenir alors une femme d’expat’ qui découvre la vie de femme au foyer et qui va bientôt prendre des cours de cuisine (chinoise) car les pates, ca suffit (heureusement que Shanghai compte d’innombrable restaurants et que nous avons une ayi (nounou) qui nous fait de bons petits plats maison 2 ou 3 fois par semaine ; et devenir une femme d’expat’ qui prend des cours de chinois et qui se passionne pour cette langue et son écriture tant et si bien qu’elle décide de s’inscrire a l’université … être finalement une future étudiante en chinois, dès février prochain (après le nouvel an chinois). Je vous promets un article dès le soir de la rentrée universitaire. Ma courte visite de la fac lors de l’inscription m’a transportée 11 ans en arrière, alors que j’arrivais à Cologne : drôle d’impression. Malgré les difficultés à suivre les premiers cours d’amphi en allemand, je crois bien que c’était un jeu d’enfant a coté de ce qui m’attend tout en chinois ! A suivre…

Enfin, une adaptation permanente à la vie shanghaienne : prendre des cours de chinois, ouvrir un compte en banque, trouver des cours de violon, trouver une chorale, dénicher un vendeur de DVD ou les sous-titres correspondent au film, réussir à entrer du premier coup dans le métro bonde en période de pointe, et encore mieux, réussir à en sortir a la bonne station, trouver un taxi à 6 heures du soir sous la pluie en moins d’une heure, faire faire un manteau sur mesure, oser entrer chez un coiffeur mais se contenter d’un shampooing et d’un massage (pour l’instant), gouter à la vie nocturne des expat’, « déguster » des plats chinois dans des bouis bouis, se reposer les papilles dans un bon p’tit restau français du sud est… 

Shanghai est une ville très moderne et ne reflète sans doute pas ce qu’est  la majorité de la Chine, mais c’est quand même la Chine et à sa manière, toute « première » expérience, même anodine, peut se révéler une aventure.

Naissance d’un terminal, chapitre 1

Dimanche 3 décembre 2006

04site.jpg

Si on regarde le globe terrestre, Shanghai semble etre une ville de bord de mer.
En realite, la ville est situee sur le fleuve Huang Pu, a quelques dizaines de kilometres de la mer, separee de celle-ci par les gigantesques chantiers navals et le port industriel.

La ville de Shanghai a donc decide de construire en plein centre, un vrai terminal pour navires de croisiere. Ce projet, d’echelle nationale se situe sur une bande de terrain d’un kilometre de long, a quelques centaines de metres du Bund historique, en face des tours de Pudong.

Le master plan de la parcelle est constitue de deux parties:
- la premiere est le terminal lui-meme
- le deuxieme est un complexe administratif comprenant une petite dizaine de low-rise et trois tours.

Apres le developpement du projet architectural, l’equipe en charge du chantier a demenage d’un bout a l’autre du kilometre, pour permettre le developpement du chantier Sud:

01ancienbureau.jpg
ce qui reste de l’ancien bureau

02gallery.jpg
le nouveau bureau: cabanes de chantier installees temporairement dans la ‘Gallery’ (le plus petit batiment du chantier).
A noter: les colonnes sont bien prevues inclinees par l’architecte.

De ce nouveau bureau, ou l’hiver commence a se faire sentir, la vue est splendide:
03vuehuangpu.jpg 04site.jpg
A l’arriere-plan Pudong, a l’avant-plan les fondations des batiments de bureaux,

06site.jpg

Et tout au bout, l’autre extremite du kilometre ou le terminal est deja bien avance, avec sa grande grue rouge, la plus haute de tout Shanghai!

La majeure partie du terminal etant enterree sous un parc, c’est la ‘Big Bubble’ qui indiquera son emplacement.

Partie emergente du terminal, la ‘Big bubble’ regroupe les salles d’attente et retaurant ou se detendent les passagers avant d’embarquer, alors que les fonctions principales du terminal, comme la douane ou le tri bagage, sont situees en sous-sol.

07bigbubble.jpg 

Actuellement la ‘Big bubble’ est la partie la plus avancee de tout le chantier. La volonte des autorites est d’ouvrir au public en Septembre 2007!

D’ici l’inauguration, la route est encore longue.
La charpente metallique en forme de coque est encore en fabrication, les vitrages seront bientot commandes (de Belgique), le beton des dalles doit encore etre coule…

La charpente metallique est a elle seule tout un programme. Fabriquee par le chantier naval, habitue des formes complexes a double courbure, elle est prefabriquee en morceau a l’usine.

08factory.jpg 09soudeur.jpg

La gestion de la fabrication n’est pas des plus facile. Pour rester dans les tolerances (+/-20mm), un collaborateur de l’entreprise de facade (allemande) est detache sur place et controle les dimensions.

Evidemment de nombreuses erreurs apparaissent tout au long de la fabrication (tube de mauvaises dimensions, pas a leur place, etc.) et je me retrouve parfois en reunion, entoure de vingt chinois fumant et parlant fort, a devoir imposer des methodes specifiques. Difficile a expliquer quand on ne parle pas un mot de chinois.

Heureusement en general quelques croquis suffisent a mettre tout le monde d’accord, apres une journee de reunion, une tete grosse comme une citrouille, et un banquet (on ne rate jamais une occasion)!

Les parties prefabriquees de la coques arrivent ensuite par barge, et sont posees sur le quai en attendant d’etre levees a la grue et posees sur la ‘Big bubble’.

10tubes.jpg     11tubes.jpg

12bigbubble.jpg

Mais alors que la Bubble est en pleine effervescence, le beton continue d’etre coule a l’autre bout du kilometre, et il faut etre la pour controler l’avancement, la qualite d’execution, et expliquer que les soudures ne sont pas bonnes…

05pouringconcrete.jpg